Aller au contenu principal

Mercredi 12 décembre 2018

Menu

ÉDOUARD-ALFRED MARTEL

Explorateur passionné

L'EXPLORATEUR

Edouard-Alfred Martel a 30 ans en 1889 lorsqu’il décide de partir à la découverte du Gouffre de Padirac. Ce jeune explorateur, intuitif et visionnaire, prépare depuis déjà plusieurs mois cette aventure inédite : descendre dans l’une des faces cachées de la Terre, l’un des gouffres les plus mystérieux jamais explorés...

Il ne sait sans doute pas alors, que cette aventure signera l’une des plus importantes découvertes géologiques du monde.

“ Se consoler des hommes par l’étude et l’admiration de la nature.
Sans intérêt, sans ambition, aimer et pratiquer la science pour son utilité. ”

L’intérêt de Martel ne se limite pas aux espaces souterrains : après une visite en 1913 du Parc Yosémite aux Etats-Unis, il publie une étude à propos des parc nationaux dans le monde. Le juriste qu’il est connaît la valeur d’une définition pour protéger une œuvre.

Telle est la sienne : « réserve territoriale, à limites précises, à l’intérieur desquelles une disposition légale appropriée conserve et protège- contre toute destruction, détérioration ou défiguration du fait de l’homme – les composantes naturelles, faune, flore, sites pittoresques, et particularités géologiques ou hydrologiques ».

Grâce à cette définition, l’Etat français peut désormais classer, et protéger, plusieurs centaines de sites dans soixante-dix départements.

Passionné de Géographie depuis toujours, Edouard-Alfred Martel obtient le premier prix de géographie au Concours Général et à 20 ans, descend dans la grotte slovène d’Adelsberg, puis organise une première exploration de la rivière souterraine de Bramabiau en 1888 à la frontière du Gard et de la Lozère. Cette étape marque la naissance de la spéléologie moderne, celle faite de canots démontables, d’échelles, de cordes...

Lorsqu’il sera devenu un brillant avocat, il laissera pourtant à ses collègues les arrêts et autres jurisprudences pour concrétiser le rêve incroyable de l’exploration du Gouffre de Padirac : ainsi, le 9 juillet 1889, Edouard-Alfred Martel, précède ses compagnons d’expédition et descend un à un les barreaux d’une échelle flottante qui se balance le long des 75 mètres de la paroi du Gouffre.

Il est alors un explorateur confirmé, et pourtant... Nul ne sait, pas même lui, ce qu’il va découvrir plus bas...

Muni de bougies et d’une lampe à magnésium, Edouard-Alfred Martel, rejoint par ses compagnons, pénètre dans l’antre du Gouffre, sombre et inconnue...

“ Nul être humain ne nous a précédés dans ces profondeurs, nul ne sait où nous allons ni ce que nous voyons, rien d’aussi étrangement beau ne s’est jamais présenté à nos yeux, ensemble et spontanément, nous nous posons la même question réciproque :
Est-ce que nous ne rêvons pas ? ”
Edouard-Alfred Martel